Répartition des commissaires de la CENI: Sidya Touré contre « les calculs mathématiques de l’UFDG »

Sidya Touré - UFR

A l’occasion de la présentation des vœux du nouvel an par les militants et sympathisants de l’UFR, samedi, la question de la nouvelle CENI a été évoquée. Le président de l’UFR, Sidya Touré, a expliqué le déroulement des débats avant la mise en place de la CENI.

« Nous avons demandé de revoir le nombre de commissaires à la CENI. ça a été des discutions longues, l’opposition s’est donnée la main face à la mouvance. Et nous avons obtenu de ramener le nombre de 25 à 17 commissaires pour constituer désormais la nouvelle institution », rappelle-t-il.

Mais sur la clef de répartition des 17 commissaires, Sidya Touré indique qu’il avait été retenu 7 pour la mouvance et sept 7 pour l’opposition. Selon lui, chacun des groupes s’est retrouvé pour voir comment se répartir ces commissaires.

« Dans les discutions entre les trois groupes parlementaires, on s’est mis tous d’accord de voter la loi sur la CENI, cela a été fait. Il n’y a pas eu de commentaire. Lundi dernier, le ministre de la Décentralisation nous a demandé de designer les noms des commissaires à la CENI. Chacun de nous savait ce qu’il avait à faire. L’UFDG avait 4, l’UFR 2 et le PEDN 1 », a-t-il révélé.

Cependant, à son fort étonnement, Sidya dit apprendre que l’UFDG « a jugé nécessaire de faire des calculs mathématiques pour procéder à la clef répartition des 7 commissaires de la CENI attribués à l’opposition », dénonce-t-il.

« Selon leur calcul, eux, ils doivent avoir 5 commissaires, l’UFR 1, le PEDN 1. Si nous avons 1, l’UFDG a 5, cela veut dire que l’UFDG a 5 fois plus de députés nationaux que nous. Je dirai non, ils n’ont pas 40 députés ni 50. Et le RPG a réparti les commissaires à tous les partis de sa mouvance. Chez nous, un seul parti veut s’attribuer tous. Je dis, ce n’est pas une bonne mentalité pour aller de l’avant », s’emporte Sidya Touré.

L’ex-premier ministre de Conté de conclure: « le ministre nous a écrit pour dire que si l’opposition ne s’attend pas, elle a 45 jours pour valider leur liste. Je crois peut-être qu’il aura une CENI dans le pays sans l’opposition. Il n’est pas question que ce qui a été entendu ensemble soit changé ».

Albert Sovogui pour ziama.info

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter