Conakry: ouverture officielle de l’atelier national sur le lancement du projet GMES-Afrique

Le ministère guinéen des Pêches, de l’aquaculture et de l’économie maritime en collaboration avec le Centre l’universitaire de recherche et d’application en télédétection (CURAT) a démarré officiellement mercredi 10 avril 2019, les travaux du projet de la surveillance mondiale de l’environnement et la Sécurité en Afrique (GMES-Afrique) à travers un atelier dont l’objectif est de consolider les acquis du projet, partager, informer, échanger et évaluer avec toutes les parties prenantes concernées, en vue d’énumérer l’ensemble des problématiques liées à la structure afin de trouver un ensemble de résolutions à travers lesquelles les acteurs et partenaires se reconnaitront.

L’ouverture officielle des travaux a été présidée par Mme la cheffe de Cabinet du ministère des Pêches, de l’aquaculture et de l’économie maritime, Hadja Sona Camara.

A cette occasion, le spécialiste en environnement marin et côtier, le Prof. Djagoua Éric M. Valère, a mis un accent particulier sur le lancement du projet (GMES-Afrique) pour la première fois en Guinée dans un cadre spécifique qui s’articuler autour de trois composantes : les produits, les sévices et la formation.

Les participants, à l’issue de cet atelier, doivent avoir la capacité de pouvoir améliorer leur connaissance dans les différentes thématiques, afin de pouvoir véhiculer la bonne restitution des données acquises permettant à la population de tirer profit.

Pour sa part, le point focal du projet (GMES-Afrique), M. Laye Fatoumata Condé, a rappelé l’importance du secteur de la pêche et le rôle qu’il joue en matière de création d’emplois et de contribution à l’économie nationale de chacun des pays bénéficiaires du projet GMES-Afrique en Afrique de l’ouest. Selon lui, ce présent projet est une opportunité pour assurer la transmission de l’information dans une forme facile à utiliser, afin d’améliorer son utilisation par les décideurs en faveur de la meilleure gouvernance et gestion de l’environnement et des ressources.

En réponse, la cheffe de cabinet Hadja Sona Camara a remercié le président de la République, le Prof Alpha Condé et son gouvernement pour avoir honoré sa présence à cette cérémonie d’ouverture, avant de déclarer que la Guinée n’est pas en marge des menaces que subissent les ressources halieutiques par la surexploitation dont l’un des principaux facteurs est la pêche illicite non déclarée et non règlementée (INN).

Hadja Sona Camara a signalé les activités illégales que mènent les navires de pêche industrielle et les pêcheurs artisans dans les eaux mondiales en général et celles sous juridiction guinéenne en particulier, contribuant ainsi à l’effondrement des stocks.

L’ampleur et les conséquences environnementales et sociales de ces activités sont telles qu’elles constituent aujourd’hui une des préoccupations majeures au niveau national, régional et international.

Par Moussa Blaise Keita

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter